Un geste fort

Il convient après les événements de ces derniers jours de tout faire pour que la violence ne se substitue pas davantage au dialogue dans notre pays.
Les problèmes consécutifs aux actions de blocage impactent déjà les salariés, les commerçants et indépendants, les entreprises et mettent en péril de nombreux emplois ainsi que l’image de la France.
On voit ce mouvement se faire déborder par une violence venue de l’extérieur, cette violence saisit même les citoyens qui manifestent pour que l’on réponde à leurs attentes. Il appartient donc au gouvernement de poser un acte fort.
Même si nous manquons d’interlocuteurs, il est de notre devoir, en tant que parlementaires, de plaider auprès du gouvernement pour un acte symbolique mais important pour de nombreux Français, comme proposer de suspendre l’augmentation de la taxe sur le gasoil en janvier.
Cette mesure doit permettre d’engager un débat sur le pouvoir d’achat des Français et de trouver, dans la durée, le moyen pour les plus démunis de retrouver du pouvoir d’achat. Elle doit aussi permettre de mettre sur la table la nécessité de concilier justice sociale et volonté d’agir pour la transition énergétique, dans l’intérêt des générations qui nous suivent.
Les choix déjà fait comme les baisses des charges sur le travail et la réduction de la taxe d’habitation se répercuteront bientôt dans le quotidien de nos compatriotes.
Mais face à ce mouvement d’ampleur et au risque réel de radicalisation, la recherche du dialogue et de l’apaisement doit prévaloir dans notre manière d’y répondre.
Le député que je suis est dans son rôle de représenter et d’être à l’écoute de tous les Français.
Commentaires