Communiqué de presse

Communiqué de presse

Des manifestants de la CGT Cheminot ont envahi ce matin mon local de campagne pour les municipales, réclamant de me rencontrer « sur le champ ».
Ils ont fouillé les locaux, les personnes de mon équipe présentes (en majorité des femmes) ont été impressionnées par cette irruption brusque d’une trentaine d’hommes très déterminés qui réclamaient ma présence immédiate au sujet des retraites.

Cette deuxième irruption dans ma permanence de campagne est choquante par sa brusquerie. Ensuite, parce que les responsables syndicaux ont mon contact téléphonique et que je leur ai proposé à plusieurs reprises de les recevoir.
Je voudrais solennellement appeler les responsables syndicaux à la mesure et au respect des règles démocratiques. Je leur rappelle que ma permanence parlementaire leur est ouverte pour tout rendez-vous.

Revitalisation de territoire

J’ai écrit ce matin à Dominique Gros, Maire de Metz, au sujet de la loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN) dont j’ai eu l’honneur d’être le co-rapporteur et qui a récemment été promulguée.

Cette loi traduit un fort consensus pour agir concrètement au service de tous les territoires et de la vie quotidienne des Français dans les champs du logement et de l’aménagement, pour réduire les inégalités et lutter contre la fracture territoriale.

J’ai invité Monsieur le Maire à se saisir particulièrement de l’opération de revitalisation de territoire (ORT), créée par l’article 157 de la loi ELAN et qui est un nouvel outil pour atteindre ces objectifs ambitieux. Il permettra la mise en œuvre d’un projet territorial intégré et durable, pour moderniser le parc de logements et de locaux commerciaux et artisanaux afin d’améliorer l’attractivité du territoire messin.

Je suis convaincu que ce dispositif contribuera à re-dynamiser encore davantage le centre-ville de Metz par la facilitation de réhabilitation de l’habitat et des procédures de droits de préemption, le développement d’une approche intercommunale, le renforcement de l’activité commerciale et la libération de l’innovation au service des projets.

Venue de Frédérique Vidal

Je suis très heureux d’accueillir aujourd’hui à Metz, dans ma circonscription, la Ministre de l’Enseignement supérieur Frederique Vidal.

Ancien Président de l’Université de Metz et rapporteur pour avis à l’Assemblée nationale du budget des organismes de recherche, je suis très engagé sur ces questions depuis de nombreuses années.

Cette visite aux côtés de la Ministre me permettra de lui rappeler combien nous sommes fiers de voir notre université de Lorraine figurer dans le classement de Shangaï (84 places de plus dans le dernier!) et combien nous sommes déterminés à accroître son dynamisme et son développement européen notamment par le biais de mise en réseaux comme le souhaite son Président Pierre Mutzenhardt.

Face aux inquiétudes, face à ceux qui redoutent des déséquilibres, je défendrai avec force nos emplois, nos chercheurs, nos étudiants, nos personnels éducatifs, nos laboratoires, nos écoles d’ingénieurs et la place primordiale que doit occuper l’université de Metz dans le rayonnement intellectuel et scientifique de notre pays et de ses voisins européens.

L’action plutôt que la division

En 2008 puis en 2014 Dominique Gros avait eu l’intelligence d‘élargir sa majorité en allant des centristes aux communistes en passant par les Verts et des personnes de la société civile.
Aujourd’hui les membres socialistes de sa liste ont décidé, dans une logique partisane, de restreindre ce périmètre en prenant le risque d’asphyxier la dynamique qui avait présidé jusque-là à l’action municipale.
Les autres membres de la majorité présents dans l’équipe municipale en prennent acte, le regrettent et continueront à travailler, dans une logique d’ouverture, pour finir ce mandat sur la base du programme porté par Dominique Gros en 2014.
Seule cette dynamique d’ouverture, dans la continuité de ce qui a été initié en 2008 peut permettre d’envisager sereinement les prochaines échéances électorales de 2020.

Un geste fort

Il convient après les événements de ces derniers jours de tout faire pour que la violence ne se substitue pas davantage au dialogue dans notre pays.
Les problèmes consécutifs aux actions de blocage impactent déjà les salariés, les commerçants et indépendants, les entreprises et mettent en péril de nombreux emplois ainsi que l’image de la France.
On voit ce mouvement se faire déborder par une violence venue de l’extérieur, cette violence saisit même les citoyens qui manifestent pour que l’on réponde à leurs attentes. Il appartient donc au gouvernement de poser un acte fort.
Même si nous manquons d’interlocuteurs, il est de notre devoir, en tant que parlementaires, de plaider auprès du gouvernement pour un acte symbolique mais important pour de nombreux Français, comme proposer de suspendre l’augmentation de la taxe sur le gasoil en janvier.
Cette mesure doit permettre d’engager un débat sur le pouvoir d’achat des Français et de trouver, dans la durée, le moyen pour les plus démunis de retrouver du pouvoir d’achat. Elle doit aussi permettre de mettre sur la table la nécessité de concilier justice sociale et volonté d’agir pour la transition énergétique, dans l’intérêt des générations qui nous suivent.
Les choix déjà fait comme les baisses des charges sur le travail et la réduction de la taxe d’habitation se répercuteront bientôt dans le quotidien de nos compatriotes.
Mais face à ce mouvement d’ampleur et au risque réel de radicalisation, la recherche du dialogue et de l’apaisement doit prévaloir dans notre manière d’y répondre.
Le député que je suis est dans son rôle de représenter et d’être à l’écoute de tous les Français.

Les Territoires d’industrie lorrains sélectionnés par l’État

Le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé ce jeudi que l’État allait consacrer une enveloppe de plus de 1,3 milliard d’euros pour soutenir 124 territoires identifiés comme étant des «territoires d’industrie», répartis sur tout l’Hexagone ainsi qu’en Outre-mer. Je me réjouis d’apprendre qu’une douzaine de secteurs du Grand Est et tout particulièrement l’usine PSA de Trémery y figurent.

Ce label “territoire d’industrie” permettra aux sites sélectionnés par le gouvernement de bénéficier d’un accompagnement prioritaire des pouvoirs publics.

Je soutiens pleinement le souhait du gouvernement de renforcer la dimension territoriale de la politique industrielle de la France et exprime à nouveau ma fierté que la Moselle pour laquelle je me bats chaque jour en circonscription et à l’Assemblée nationale ait été aussi bien représentée dans les choix énoncés par le Premier Ministre.

Remaniement

Richard LIOGER, député de la Moselle se réjouit de la nouvelle composition du gouvernement.

Il adresse tout particulièrement ses félicitations les plus chaleureuses à Christelle Dubos qui fut à ses côtés corapporteure de la Loi ELAN qui entre au gouvernement auprès de la Ministre Agnès Buzyn. Il connait son talent et lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles missions.
Il salue également les nominations de Julien Denormandie avec qui il a toujours eu grand plaisir à travailler sur les questions liées au logement et de Gabriel Attal, qu’il connait bien, et saura mettre toute son énergie au service de l’Éducation Nationale aux côtés de Jean-Michel Blanquer.

La sécurité est la première des libertés

Je tiens à condamner avec la plus extrême fermeté les deux agressions violentes qui se sont déroulées dans la nuit de jeudi à vendredi à Metz.
Je veux assurer les victimes de ma totale solidarité mais aussi de ma détermination à agir concrètement pour que toute la lumière soit faite sur ces agressions et que les auteurs de ces violences inacceptables soient arrêtés dans les plus brefs délais et sévèrement condamnés.
La sécurité est la première des libertés pour l’ensemble de nos concitoyens. J’appelle l’ensemble des autorités publiques à être implacable face à cette recrudescence de la délinquance dans nos villes.
J’ai proposé au Directeur départemental de la Sécurité publique la mise en place d’une brigade de nuit dans l’hyper-centre de Metz Métropole avec une présence appuyée autour des établissements de nuit, particulièrement en fin de semaine.
Face à ce fléau, je demande une mobilisation de chaque instant de la police nationale comme de la police municipale de Metz pour assurer une présence dissuasive sur notre territoire.

le palmarès des députés les plus influents

J’ai été désigné comme l’un des trois députés les plus influents sur les questions de logement par l’agence indépendante Rumeur Publique et Data Observer.

Ce classement s’appuie sur l’analyse quantitative et qualitative de près 200 millions de mots issus des médias, des réseaux sociaux, et des débats à l’Assemblée nationale, et ce depuis le début de la mandature, en juin 2017.

Cette enquête est très largement relayée ce matin en particulier dans la presse nationale : Le Monde, Les Echos, Le Figaro…

C’est une grande fierté de voir mon travail de parlementaire reconnu notamment au travers de mon implication en tant que co-rapporteur de la loi ELAN.

Toujours mobilisé pour répondre aux attentes des habitants de nos territoires, je sais que ces derniers seront heureux de constater que, même s’il m’est arrivé de devoir un temps m’absenter de la circonscription pour défendre ce texte important à l’Assemblée nationale, le travail de leur député est salué.

Fier d’avoir porté la loi ELAN

Pour en savoir plus sur la loi ELAN dont j’ai été le co-rapporteur :

Jacques Mézard et Julien Denormandie se félicitent de l’accord intervenu entre sénateurs et députés de la CMP. Ils rappellent que cet accord constitue l’aboutissement d’un intense travail de co-construction entre Gouvernement et Parlement, initié lors de la « conférence de consensus » qu’avait proposé le président Larcher l’hiver dernier et poursuivi lors de l’examen du texte à l’Assemblée nationale et au Sénat, en commission des affaires économiques, du développement durable comme en séance publique.
Ce succès traduit la volonté conjointe du Gouvernement et du Parlement de répondre aux attentes des Français pour améliorer leur cadre de vie au quotidien par le logement et le développement des territoires.
La rédaction issue de la CMP permettra d’atteindre les objectifs poursuivis par le Gouvernement : libérer la construction en levant les verrous et protéger les plus fragiles.

Les membres de la Commission sont ainsi parvenus à trouver des solutions d’équilibre pour résoudre plusieurs points de divergence entre les versions de l’Assemblée nationale et du Sénat.
Le texte issu de la commission mixte paritaire reprend largement les dispositions adoptées par l’Assemblée Nationale le 12 juin 2018 et le Sénat le 25 juillet 2018.
Les membres de la Commission ont ainsi trouvé des solutions d’équilibre pour résoudre plusieurs points de désaccord.

En effet, le texte de consensus propose des mesures ambitieuses en faveur :
– d’un aménagement urbain plus partenarial au service des projets de territoires et en appui des initiatives locales. Le texte retenu renforce le rôle des maires et la nécessité d’une approche globale et coordonnée du territoire par la création du projet partenarial d’aménagement et la grande opération d’urbanisme.
– des dispositions majeures pour la revitalisation des centres-villes de nos villes moyennes, en complément du programme Action Cœur de Ville.
– de la préservation du cadre de vie et de la protection de l’environnement : des ajustements ponctuels sont opérés à la loi littoral pour concilier les exigences de la préservation des paysages littoraux et les nécessités du développement des territoires. La construction écologique est renforcée en faveur du recours aux éco-matériaux et le développement des solutions bas-carbone. Le défi climatique associe pleinement le secteur des bâtiments tertiaires qui constitue un vaste gisement d’économie d’énergie.
– de la facilitation et l’accélération du traitement de l’habitat indigne ou du déploiement numérique en secteur de préservation du patrimoine.
-d’une lutte renforcée contre l’habitat indigne et les marchands de sommeil. Les marchands de sommeil condamnés ne pourront plus acquérir de nouveaux biens immobiliers. Avec la confiscation systématique des biens immobiliers et des indemnités d’expropriation, en instaurant une présomption de revenus qui permet de les soumettre aux procédures fiscales et en systématisant les astreintes à leur encontre, ils seront privés des moyens d’exploiter la misère,
– de la modernisation des règles de construction pour l’accessibilité des logements : en appui de la société inclusive, les logements neufs seront désormais évolutifs pour pouvoir s’adapter aux besoins des habitants tout au long de la vie. Les logements seront conçus avec des parois aisément déplaçables pour être rendus accessibles et répondre aux besoins des ménages puis du vieillissement de la population. 20% de ces logements dans un immeuble seront adaptés au handicap moteur.

-de la simplification de l’urbanisme et de l’accélération du traitement du contentieux d’urbanisme : le foisonnement des documents de planification d’urbanisme est simplifié pour plus de lisibilité et une meilleure appropriation par les élus locaux. Le traitement du contentieux de l’urbanisme est accéléré dans le respect du droit des tiers. La lutte contre les recours abusifs dans l’urbanisme est renforcée pour stopper les abus et permettre aux projets de logements d’émerger concrètement dans les secteurs en besoin.
– d’une réorganisation en profondeur du secteur des bailleurs sociaux : s’appuyant sur les dynamiques locales et les projets portés par les bailleurs eux-mêmes, le secteur HLM va se réorganiser en créant des groupes d’au moins 12000 logements, pour mutualiser les moyens et les compétences, tout en gardant leur ancrage local. Par ailleurs, les bailleurs bénéficieront d’une simplification de leur cadre règlementaire d’intervention, pour leur permettre de construire plus et de rendre un meilleur service à leurs locataires,
– d’une plus grande transparence dans les attributions de logements sociaux et d’une plus grande mobilité dans ces logements (tous les trois ans les locataires ayant des pièces non occupées pourront se voir proposer de changer de logement – s’ils le souhaitent – pour avoir accès à un logement conforme à leurs besoins et moins cher),
– de l’amélioration de la prévention des expulsions locatives,
– du développement de l’observation et la restauration expérimentale de l’encadrement des loyers,
– du développement du logement social et de la mixité sociale : pour ce qui est des obligations de développement du logement social, toute l’ambition de la loi SRU est conservée. Des ajustements limités sont opérés de manière pragmatique, par exemple pour tenir compte de la situation particulière de certaines communes qui sont nouvellement soumises aux obligations. La loi renforce également les règles qui permettent d’attribuer des logements sociaux aux plus démunis en dehors des quartiers prioritaires de la politique de la ville,
– d’une régulation de l’activité des plateformes de location de meublés touristiques pour éviter la transformation de certains quartiers en villes-musées dont les habitants seraient chassés et endiguer la fraude,
– des mesures pour accélérer le déploiement du numérique, fibre et très haut débit mobile.
– de la simplification des règles de la copropriété permettant notamment la prévention et le traitement des copropriétés fragiles ou dégradées.

Jacques Mézard : « Je tiens à saluer le travail que nous avons mené ensemble, Gouvernement, Assemblée nationale et Sénat, facilité par la conférence de consensus réunie au Palais du Luxembourg et qui a permis de parvenir à cet accord sur une loi aux enjeux essentiels pour la vie quotidienne des Français. La démarche globale qui inspire l’ensemble du projet de loi reste le pragmatisme et la simplification. Faciliter, accélérer l’action de ceux qui construisent, rénovent, aménagent : collectivités locales, aménageurs, bailleurs sociaux, investisseurs, promoteurs, entreprises, artisans. Et tout cela pour apporter le meilleur service possible à nos concitoyens, aux habitants de nos territoires, de tous nos territoires. Car oui, c’est une innovation de rédiger un texte de loi qui n’ajoute pas de contraintes supplémentaires mais qui, de manière pragmatique lève des blocages.
Les propositions que nous formulons sont certes parfois techniques mais auront des répercussions majeures et très concrètes dans le quotidien de nos concitoyens, dans les champs très larges de l’aménagement, de la revitalisation des centres-villes, de la construction, du logement, de la prévention des expulsions, de la lutte contre les marchands de sommeil, du développement du numérique et de l’amélioration du cadre de vie.
Le Gouvernement a par ailleurs tenu à préserver la structure et les objectifs fondamentaux de la loi Littoral et de la loi SRU, tout en permettant des adaptations de bon sens à la demande de très nombreux élus locaux. J’ai plaisir à constater que plusieurs sujets ont pu faire l’objet d’un compromis de bon sens lors de la Commission Paritaire Mixte (CMP). » a souligné le ministre.

Julien Denormandie « L’esprit du projet de loi Elan est d’apporter des solutions aux besoins des Français. Aujourd’hui, l’accès au logement est, pour certains de nos concitoyens, une véritable course d’obstacles. L’objectif est donc de répondre au manque de logement en facilitant l’acte de construire d’une part et en protégeant les plus fragiles d’autres part. Par cette loi, nous redonnerons confiance aux acteurs du marché concernés pour qu’ils construisent plus, mieux et moins chers. Nous facilitons et accompagnerons la mobilité résidentielle, Nous luttons drastiquement contre les marchands de sommeil, nous prévenons les expulsions. Enfin, nous apportons aussi des solutions pour 100% des logements puissent être raccordables au tres haut débit d’ici 2022. Autant d’impératifs essentiels pour lutter contre les fractures territoriales et contre le sentiment de relégation qui habite trop de Français »

Lors de la première lecture dans chacune des deux chambres (en commission des affaires économiques et en séance plénière), le projet de loi avait déjà fait l’objet de plus de 1300 amendements au total. Le projet de loi compte 270 articles à l’issue de l’examen du texte.
Le parcours législatif va se finaliser par deux votes solennels, dans chacune des deux chambres du Parlement, sur le texte arrêté par la Commission mixte paritaire. La loi devrait ainsi être promulguée courant octobre.

POUR RAPPEL :

Présenté en Conseil des ministres le 4 avril dernier, le projet de loi Elan est l’une des pièces majeures de mise en œuvre de la Stratégie logement du Gouvernement.

Le texte présenté est le fruit d’une concertation de 7 mois ayant rassemblé 26 000 réponses citoyennes, 2 600 contributions des professionnels. Elle s’est achevée avec la « conférence de consensus » du 12 décembre 2017 au 8 février 2018 qui a réuni plusieurs centaines de parlementaires, d’élus locaux et de professionnels du secteur.

Le projet de loi s’articule autour de quatre priorités :
· construire plus, mieux et moins cher en donnant aux professionnels les moyens d’être plus efficaces ;
· réformer le secteur du logement social, pour le consolider et qu’il réponde encore mieux à ses missions d’intérêt général ;
· répondre aux besoins de chacun, favoriser la mobilité et la mixité sociale ;
· améliorer le cadre de vie.

Projet de loi Elan, les chiffres clés du débat
· Le logement représente en moyenne 26 % du budget des ménages
· 25 % des ménages sont locataires d’un bailleur privé,17% d’un bailleur social
· 4,5 millions de logements locatifs sociaux ; 140 000 nouveaux logements sociaux ont été financés en 2017, 1,8 millions de demandeurs de logement social
· 13 000 dossiers contentieux en matière d’urbanisme en 2016
· 7 millions de logements mal isolés au plan énergétique