Projet de loi asile et immigration

Le projet de loi consacré à l’asile et l’immigration a été voté hier soir à l’Assemblée nationale après près de 62 heures de débat qui ont permis de faire entendre toutes les voix de la représentation démocratique.
Je me félicite de son adoption car ce texte permettra non seulement de lutter contre l’immigration irrégulière mais aussi de favoriser les dispositifs d’intégration et de mieux accueillir celles et ceux qui fuient les guerres et les persécutions. Ce sont des objectifs essentiels pour la cohésion de notre république.
Je le sais, cette loi fait couler beaucoup d’encre, agite les réseaux sociaux et alimente les commentaires ” en ville “.

 

Très mobilisé par la préparation de la loi Elan consacrée au logement et dont je serai le co-rapporteur ainsi que par les débats en commission sur la loi Alim, je n’ai pu participer à l’amendement de cette loi. J’étais là cependant samedi pour voter le volet restreignant les cas de ” délit de solidarité ” et on a voté pour moi par procuration dimanche tard dans la nuit l’ensemble du texte.
Je souhaiterais ici m’en expliquer :
  • Tout d’abord rendre hommage au Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur ,Gérard COLLOMB, pour son écoute, sa détermination et sa présence constante dans l’hémicycle. En première ligne dans la nécessaire lutte contre le terrorisme ou l’évacuation de Notre Dame des Landes, il a tenu néanmoins à répondre à toutes les interpellations. C’est une personnalité dont je suis proche depuis notre participation commune au groupe des Réformateurs au sein du Parti Socialiste. Son parcours politique comme sa capacité à gérer durant 16 ans la Ville de Lyon témoigne de son humanisme et de son attachement aux valeurs républicaines de notre pays.

 

  • Les débats ont été vifs au sein de la Commission des lois, entre députés de la majorité parfois, puis dans l’Hémicyle à tel point que la presse ait pu parler de cacophonie…c’est un étrange reproche: lorsqu’on débat, on est cacophonique, lorsqu’on ne débat pas on est caporalisés..Toujours est-il qu’une écrasante majorité des députés ont considéré que la Loi était un bon compromis et ont donc choisi de voter pour. Sans pression, sans menace. Certes, quelques-uns se sont abstenus. C’est leur droit et ils resteront membres à part entière de notre groupe. Pour autant, à l’exception d’un seul député démissionnaire, personne n’a estimé que l’on avait malmené sa conscience. Tout le monde, au contraire, a pu constater l’immense travail accompli autour de la rapporteure et du responsable du texte Elise FAJGELES et Florent BOUDIE auxquels je veux rendre hommage.

 

  • L’adoption de ce texte, loin de nous diviser va puissamment nous unir au-delà de ce que les uns et les autres peuvent penser, en particulier nos détracteurs systématiques. Sur un sujet, où la conscience personnelle est souvent plus puissante que les consignes politiques, le travail engagé a permis de montrer que nous étions capables, dans notre diversité, de nous rassembler et de mettre en avant ce qui nous unit plutôt que ce qui peut nous opposer.

 

Commentaires